Le “train des primeurs” reprend du service

Après 3 ans d’arrêt, le “train des primeurs” Perpignan/Rungis est de nouveau sur les rails depuis le 22 octobre 2021. C’est une excellente nouvelle pour l’environnement puisque ce mode de transport rejette 40 fois moins de CO2 dans l’atmosphère. C’est aussi l’espoir de relancer le transport ferroviaire des marchandises en France. 

Podcast

Le “train des primeurs” reprend du service

1 - Le “train des primeurs” reprend du service

03:59

Le “train des primeurs”, quezaco ?

2 - Le “train des primeurs”, quezaco ?

02:00

Retour du “train des primeurs”, et maintenant ?

3 - Retour du “train des primeurs”, et maintenant ?

04:04

Courgettes, salades, pêches, oignons… Pendant 40 ans, le “train des primeurs” a relié 6 fois par semaine, au rythme de 4 trains quotidiens, la gare de Perpignan au Marché International de Rungis, chargé ensuite de répartir ces fruits et légumes frais auprès de tous les métiers de bouche de la région parisienne. 

En 2019 la ligne, jugée vétuste et non rentable, a été arrêtée par la SNCF et remplacée par des camions. Chaque jour, ils émettaient 44 tonnes de CO2 contre 3 tonnes pour le train. Un non-sens écologique aujourd’hui en partie réparé avec la relance de cette ligne longue de 800 kilomètres. 

Ses 12 wagons, contre 30 en 2019, ont été modernisés et circulent à raison de 1 train par jour, 5 jours sur 7, entre la capitale catalane et le marché de Rungis. Et cela devrait durer au moins jusqu’en 2024, avant que la ligne ne soit possiblement remplacée par une autoroute ferroviaire : un train capable de charger des conteneurs.