Le problème de l’accès à l’eau potable dans le monde bientôt résolu ?

Un ingénieur japonais a trouvé un moyen simple, efficace et peu onéreux de purifier de l’eau impropre à la consommation en eau claire et potable. Un vrai miracle pour les pays émergents.

Podcast

Le problème de l’accès à l’eau potable dans le monde, bientôt résolu ?

1 - Le problème de l’accès à l’eau potable dans le monde, bientôt résolu ?

02:03

Aujourd’hui, 2,1 milliards de personnes, soit 30 % de la population mondiale, n’ont toujours pas accès à des services de distribution d’eau potable, et 4,4 milliards, soit 60 %, ne disposent pas de services d’assainissement fiables, d’après un nouveau rapport commun de l’Organisation mondiale de la Santé et de l’UNICEF.

A N N O N C E

L’invention de Kanetoshi Oda, ingénieur japonais, pourrait bien changer la donne et améliorer l’accès à l’eau potable dans de nombreux pays où c’est un enjeu majeur depuis de nombreuses années.

Il a lui-même pris conscience de l’importance de l’eau, en 1995, lors du terrible tremblement de terre de Kobe, qu’il a vécu. Quelques années plus tard, il a mis au point la PolyGlu, une poudre qui sépare les particules polluantes contenues dans l’eau et qui restent au fond du récipient, laissant une eau limpide et potable sur le dessus.

La PolyGlu est une poudre qu’il faut mélanger à l’eau insalubre et, en quelques secondes, l’eau saumâtre se transforme en une eau claire et buvable. C’est presque miraculeux.

Nombreux avantages

Le principe est simple : cette poudre contient un composant gluant que l’on retrouve dans les haricots de soja fermentés, très utilisé dans la cuisine traditionnelle japonaise. Elle agit alors comme un coagulant. Les particules polluantes contenues dans l’eau se déposent au fond du récipient, laissant sur le dessus une eau limpide et potable, débarrassée de plus de 99,9 % des bactéries présentes. Une fois purifiée, il ne reste plus qu’à la filtrer pour la rendre parfaitement potable et pouvoir la consommer.

Cette poudre, qui est vraiment magique, a deux autres avantages : il ne faut qu’1 g pour traiter de 1 à 5 litres d’eau – un kilo à 35 € permet de décontaminer de grandes quantités d’eau pour une somme modique donc ; et comme il faut la commercialiser, elle est également génératrice d’emplois.