Laure Calamy : « Être une enfant sauvage était mon désir premier »

En salle depuis le 16 mars, « À plein temps », d'Eric Gravel, nous embarque dans le quotidien d’une femme ordinaire, qui passe sa vie à courir après le temps qu’elle n’a pas. On y retrouve Laure Calamy épatante dans une mise en scène qui plonge le spectateur au cœur de l’action.

Podcast

Laure Calamy : « Être une enfant sauvage était mon désir premier »

1 - Laure Calamy : « Être une enfant sauvage était mon désir premier »

15:20

Le stress de la routine, tel est le premier sentiment qui se dégage du film. On va suivre pendant 1 h 25 une femme qui élève seule ses enfants et qui doit tout gérer d'une main de maître.

Employée dans un palace parisien, elle se lève tôt, se couche tard et passe la plupart de son temps dans les transports pour se rendre au travail, éloigné de son domicile et après avoir déposé ou récupéré les enfants chez leur nounou qui supporte de plus en plus mal la situation.

L’histoire paraît tellement ordinaire qu’elle permettra à de nombreux spectateurs de s’identifier dans ce qui est projeté. En plein mouvement social, les complications ne tardent pas à apparaître dans un équilibre métro-boulot-dodo de plus en plus fragile.

Si l’actrice est née à Paris, malgré une jeunesse passée près d’Orléans, son enthousiasme pour cette ville est à l’opposé du sentiment de son personnage. Ce rythme intense qui caractérise aussi sa vie d’actrice fraîchement césarisée pour son rôle dans « Antoinette dans les Cévennes ».

Malgré l’aspect physique du rôle, le plus dur dans la préparation a été d’entrer dans ce personnage de femme de chambre, métier particulièrement exigeant et montré ici avec la bienveillance du réalisateur, Eric Gravel, qui a dû suivre une formation en immersion.

Eric Gravel attache aussi une importance à la manière dont il montre le travail dans son œuvre, avec la volonté de mettre en lumière cet amour des métiers de l’ombre et du travail bien fait. Il montre ici également le lien entre les intérêts personnels et collectifs à travers le mouvement social qui entoure l’histoire.

Une belle expérience et un rôle particulièrement apprécié par l’actrice qui est revenu aussi pour nous sur ce César qui a changé sa vie et une remise de prix assez particulière, pour laquelle elle a quitté un tournage l’espace de quelques heures pour le retrouver ensuite avec la reconnaissance de toute une profession.