La première station de charge solaire d’avions électriques inaugurée

C’est à l’aérodrome des Milles, à Aix-en-Provence, qu’Elektropostal a inauguré ce jeudi après-midi sa station avec panneaux photovoltaïques. L’énergie pourra aussi bientôt y être stockée en vue des jours nuageux.

Podcast

Elektropostal, comment ça marche ?

1 - Elektropostal, comment ça marche ?

02:16

Les enjeux de la transition pour les territoires

2 - Les enjeux de la transition pour les territoires

04:35

En combien de temps se charge un avion

3 - En combien de temps se charge un avion

03:37

L’industrie aéronautique s’est, comme l’industrie automobile ou l’industrie ferroviaire, lancée dans une recherche de sobriété carbonique. Et, comme pour les voitures, l’avion électrique semble là aussi être une des solutions vers lesquelles se tourner, et vers l’énergie solaire qu’il faudrait regarder.

Elektropostal est une société française créée en 2020, pionnière de la transition vers l’aviation électrique légère. Son but est de décarboner l’aviation en électrifiant les aérodromes en y installant des stations de charge solaire.

Un surplus conservé

La première à voir le jour, à l’aérodrome des Milles d’Aix-en-Provence, a fait appel à des solutions déjà existantes. L’avion existait déjà, ainsi que le chargeur et la station. En un an, le projet a permis d’effectuer 500 heures de vol et d’économiser 25 tonnes de CO2.

La flotte est pour le moment constituée de trois appareils Vélis du constructeur Slovène Pipistrel, chacun 100% électrique. Biplace, le Vélis est le seul aéronef de ce type à avoir reçu la certification de l’Agence européenne de la sécurité aérienne. Il n’émet pas de CO2 et produit des faibles nuisances sonores.

A N N O N C E

La station solaire quant à elle fabriquée par Tysilio, un spécialiste de l’énergie solaire. C’est elle qui fournit le courant aux avions, ce qui réduit ainsi l’utilisation du réseau électrique public. Par ailleurs, la station peut fournir plus d’énergie que ce dont l’avion a besoin. Le surplus pourra bientôt être conservé pour les jours de mauvais temps, ou être affecté à d’autres usages.

Ajoutez le chargeur, et vous avez donc la station Elektropostal. Si la première a été déployée à Aix-en-Provence, sept autres devraient être aménagées d’ici la fin de l’année, principalement dans le Sud-Est. Le développement espéré devrait permettre de passer à 20 stations en 2023 et 50, deux ans plus tard, avec des routes aériennes allant du nord de l’Europe au sud de l’Espagne. Autre avantage de cette solution, le surplus d’énergie peut aussi servir à d’autres véhicules électriques, comme des voitures.