La Maison Perchée : parler des maladies psychiatriques entre jeunes

En France, 20% des personnes seraient concernées par un trouble psychiatrique. Pour les accompagner, pour aider les jeunes à vivre bien avec ces troubles, Maison Perchée a été créée en 2020, à Paris.

Aller plus loin

Titre
Durée
Paires-aidants : bienveillance et accompagnement dans la maladie

1 - Paires-aidants : bienveillance et accompagnement dans la maladie

02:18

La Maison Perchée : des jeunes qui aident les jeunes

2 - La Maison Perchée : des jeunes qui aident les jeunes

04:23

La Maison Perchée, un collectif de soutien en psychiatrie

3 - La Maison Perchée, un collectif de soutien en psychiatrie

04:15

Lucille Zolla est paire-aidante et co-fondatrice de la Maison Perchée, une association créée par et pour des jeunes adultes de 18 à 40 ans concernés par des maladies psychiatriques.

Avec Victoria, Maxime et Caroline, ils proposent des ateliers et des groupes thérapeutiques en visio et cherchent un lieu dans la capitale pour prolonger l’accompagnement de cette « communauté d’esprits singuliers », comme ils s’appellent.

Aujourd’hui, on considère que 20% de la population serait concernée par un trouble psy.

Comment accompagner les personnes atteintes d’un trouble psychiatrique ?

« On fait des ateliers de yoga, de sophrologie, de nutrition, des conférences ou des café-discussions », explique Lucille Zolla. Selon la co-fondatrice de la Maison Perchée, il faut accompagner le malade sur des projets de vie : faut-il parler de sa maladie au travail ? Comment gérer l’arrivée d’un bébé ? Peut-on vivre normalement en couple…

Mais, surtout, libérer la parole pour faire en sorte qu’il y ait moins de stigmatisation. « On organise souvent des discussions ouvertes, lors desquelles chacun apporte son point de vue. C’est peut-être plus facile de discuter entre jeunes », explique la co-fondatrice. Point fort : la Maison Perchée étant fondée par des jeunes concernés, la crédibilité des témoignages aide à aller de l’avant.

Êtes-vous optimiste ?

« Oui !  Je suis optimiste, car des gens croient en ce qu’on fait. La psychiatrie d’il y a 20 ans n’a rien à voir avec la psychiatrie d’aujourd’hui. Il y a toujours un manque de moyens énorme, mais ça avance et les associations servent aussi à cela. Plus on en parle de façon bienveillante, plus ça avancera vite », insiste Lucille Zolla.

Site internet de l’association : https://www.maisonperchee.org/