Il fabrique des baguettes magiques dont J.K. Rowling est fan

Laurent, artisan dans la Loire, a déjà créé quelque 3 000 baguettes magiques en bois local. Ses fabrications ont ensorcelé l’autrice de la saga “Harry Potter”.

Podcast

Comment Laurent, artisan, a ensorcelé l’autrice d’”Harry Potter”

1 - Comment Laurent, artisan, a ensorcelé l’autrice d’”Harry Potter”

02:05

Baguettes magiques : du bois local et des animaux fantastiques

2 - Baguettes magiques : du bois local et des animaux fantastiques

04:03

Qui est Laurent, l’artisan des baguettes magiques Made in Loire ?

3 - Qui est Laurent, l’artisan des baguettes magiques Made in Loire ?

08:05

« La baguette choisit son sorcier, Mr Potter. Les raisons n’en sont pas toujours suffisantes. Mais ce qui est évident, c’est que vous êtes appelé à faire de grandes choses ! » On se souvient tous de cette réplique prononcée sur le chemin de Traverse par Mr Ollivander, le fabricant de baguettes magiques dans la saga Harry Potter.

Laurent Aucoin, lui, est un peu plus jeune. Mais on peut le considérer comme une sorte d’Ollivander à la française. Depuis trois ans, il fabrique, dans son atelier de Malleval (Loire), des baguettes magiques en bois local.

L’un des seuls fabricants de baguettes magiques en France

« Je suis artisan tourneur sur bois à l’origine. Pour Noël 2010, mes filles, qui sont fans de la saga Harry Potter, m’ont demandé de leur fabriquer une baguette chacune. Puis le bouche-à-oreille à fait le reste. J’en ai fabriqué 10 puis 100… », se souvient-il. Depuis, il en a conçu plus de 3000.

Aujourd’hui, Laurent se consacre à plein temps à cette nouvelle activité. Et la demande est colossale : les fans de la saga, amateurs de cosplay et autres collectionneurs d’objets appartenant à l’univers du petit sorcier londonien, sont nombreux.

Laurent Aucoin
Laurent Aucoin
Laurent Aucoin

Ses baguettes ont une âme

En revanche, pas question de faire dans le « fake » ! Pas de plastique ici, les baguettes de Laurent Aucoin sont fabriquées en bois local. Il récupère ce matériau dans le parc régional du Pilat, près de chez lui, au cours « de longues journées de marche et de glanage ».

« Je récupère souvent le bois issu de branches tombées ou foudroyées. Je ne travaille pas sur des bois menacés de déforestation. Et je ne laisse aucun déchet car je transforme mes chutes en copeaux que j’utilise pour le jardin », explique le magicien.

Laurent sculpte ensuite sa baguette magique, mais il ne s’arrête pas là. Il les ensorcelle et leur insère une âme. Selon lui, « un bout de bois n’a aucun pouvoir. Je fais donc une encoche dans le manche et y insère un extrait d’animal totem ». Un poil de renard, de blaireau, une plume de chouette ou un extrait de peau de serpent.

Ces « âmes », il les récupère aussi lors de balades en forêt. « Je les trouve dans la nature, parfois sur des animaux décédés auquel je donne une sorte de seconde vie. Puis, pour les matières plus rares, je suis en lien avec des gardes forestiers ou les ranchs du coin », ajoute-t-il. Bien entendu, il ne prélève jamais « ses âmes » sur des animaux vivants.

L’autrice d’”Harry Potter”, J.K. Rowling, l’a félicité

Fort de son succès, le fabricant de baguette a envoyé un jour l’une de ses créations à l’autrice de la saga ensorcelée. « Je me suis dit : après tout, pourquoi pas, elle fait rêver des millions de gens dans le monde. Je vais essayer à mon tour de l’impressionner ».

Au bout de quelques mois, il reçoit une lettre de l’autrice le remerciant et le félicitant pour ses créations : « J’ai été très touché qu’elle prenne le temps de me répondre. » Aujourd’hui, Laurent travaille sur commande. Chaque baguette est unique et il faut compter entre 40 et 130 euros pour s’en procurer une. Maintenant, vous êtes prêts pour Poudlard !