L’hypnose : une thérapie complémentaire pour les maladies neurodégénératives

Comment l'hypnose est utilisée dans le milieu hospitalier ? Quels sont ses biens faits ? Le Docteur Marie Floccia, gériatre et algologue au CHU de Bordeaux répond à ces questions pour AirZen Radio.  

Podcast

L’hypnose : une thérapie complémentaire pour les maladies neurodégénératives

1 - L’hypnose : une thérapie complémentaire pour les maladies neurodégénératives

07:58

Les différentes zones sollicitées dans le cerveau

2 - Les différentes zones sollicitées dans le cerveau

01:57

L’hypnose est aussi bénéfique pour les patients que pour les soignants

3 - L’hypnose est aussi bénéfique pour les patients que pour les soignants

03:54

En France, il y a actuellement 850 000 personnes touchées par la maladie d'Alzheimer… plus de 200 000 personnes  par la maladie de Parkinson selon le site du ministère de la santé. Afin d'accompagner ces patients atteints d'une maladie neurodégénérative, l'hypnose est pratiquée en tant que méthode complémentaire. C'est le  cas au CHU de Bordeaux où Marie Floccia gériatre et algologue  qui l'emploie. Elle travaille au sein de l'Institut de médecine Intégrative et complémentaire (IMIC), crée il y a tout juste un an. Elle gère les séances  des consultations d'hypnose clinique et thérapeutique : « on a commencé d'abord par rapport aux problèmes que rencontrent souvent les soignants en gériatrie au niveau du comportement quand la maladie d'Alzheimer évolue. On a des patients qui peuvent être déambulant, apathiques, qui sont très anxieux. C‘est là qu'on a commencé à l'utiliser avec des résultat très intéressants sur l'apaisement et sur la limitation de l'anxiété « juste »». 

Au total 1 300 soignants CHU de Bordeaux ont été formés à l'hypnose dont 130 en service gériatrie.  Le médecin Marie Floccia constate aussi que cette thérapie complémentaire est intéressante  pour le personnel hospitalier car finalement, il aura «  la capacité à répondre avec une vision  très humaine de la personne. L'hypnose nécessite d'observer la personne telle qu'elle est et d'aller avec elle. Donc n'est obligé de se recentrer sur le patient. »