Gironde : Europazon, la marketplace qui veut concurrencer Amazon

La plateforme de commerce en ligne qui se veut écoresponsable et solidaire sera effective à partir de juin 2022. Plus d’un million de produits Made in France ou Europe reconditionnés seront proposés.

Podcast

Le consommateur et son pourvoir d’action

1 - Le consommateur et son pourvoir d’action

02:30

Europazon, une marketplace qui place l’humain au centre

2 - Europazon, une marketplace qui place l’humain au centre

04:04

Europazon, une marketplace écoresponsable et solidaire

3 - Europazon, une marketplace écoresponsable et solidaire

08:10

« Et si on concurrençait Amazon en Europe ? »  C’est le pari fou ou pas, que se sont lancé un groupe d’amis, tous habitants de Soulac-sur-Mer, dans le Médoc, en Gironde. À partir de juin 2022, ils lanceront Europazon, une marketplace écoresponsable et éthique qui proposera pour commencer plus d’un million de produits Made in France, Made in Europe et reconditionnés.

« C’est une idée qui est née pendant le confinement, explique Xavier Mahieu, l’un des fondateurs de la plateforme de commerce en ligne. On a eu des remises en question sur notre façon de consommer. On a donc réfléchi à faire quelque chose de concret pour consommer mieux, protéger la planète et limiter nos impacts environnementaux. L’un des outils d’aujourd’hui et de demain, c’est le digital. »

Mise en relation

Sur Europazon, les mêmes types de produits sont proposés que sur les autres marketplaces. On pourra, par exemple, retrouver de l’électroménager, de la high-tech, de l’ameublement… Mais le concept a pour vocation d’être « un outil commun de mise relation, souligne Xavier Mahieu. Le but est de mettre les consommateurs en relation directe avec les agriculteurs, les fabricants, les artisans, les producteurs, les vendeurs de projet. Le tout, au meilleur prix. »

Par ailleurs, lorsqu’ils ont pensé leur plateforme de commerce en ligne, les amis soulacais ont souhaité placer l’humain au centre du projet. « À terme, on veut qu’Europazon soit détenue par 80% par des sociétaires, soit monsieur et madame tout-le-monde », conclut l’un des fondateurs.