Innovation : et si le transport maritime ne polluait plus

Aujourd’hui, 90 % des échanges de marchandises au monde sont réalisés par voie maritime. Cela représente 3 % des émissions mondiales de CO2. Mais d'ici à 2050, avec la multiplication du trafic, ce chiffre devrait passer à 17 %.

Podcast

Innovation : et si le transport maritime ne polluait plus

1 - Innovation : et si le transport maritime ne polluait plus

02:11

Parmi les solutions pour réduire les émissions de CO2, on peut citer tout d’abord le recours à des carburants moins polluants que le fuel lourd. Et si au lieu de chercher à réduire, on passait directement à un cargo zéro émission.

>>>Téléchargez l'application d'AirZen

L’ancien skipper Victorien Erussard, à la tête d'Energy Observer, qui est à l'origine du premier navire à hydrogène autonome et zéro émission, a dévoilé il y a quelques jours au One ocean summit, à Brest, son nouveau projet industriel baptisé Energy Observer 2. Un cargo polyvalent qui fonctionnera à l’hydrogène liquide. Un bateau en rupture technologique construit en France, en association avec les plus grands industriels français

Ce futur cargo, dont la mise à l’eau est prévue en 2025, mesurera 120 mètres de long, 22 de large et aura une capacité de chargement de 5 000 tonnes, soit l'équivalent 240 conteneurs. L’Energy Observer 2 sera doté de réservoirs de 70 tonnes d’hydrogène liquide pour générer son électricité et disposera de quatre mâts pour une assistance vélique, c'est-à-dire éolienne, de 1 450 m2.

>>>Téléchargez l'application d'AirZen

Sa vitesse sera de 12 nœuds, avec une autonomie de 4 000 miles nautiques soit 7 400kms. Le coût du navire aux lignes futuristes, qui pourra être exploité commercialement pendant une trentaine d’années, est estimé à 80 millions d’euros.

Le transport maritime à lui tout seul émet chaque année plus d’un milliard de tonnes de CO2, soit l’équivalent de la production d’un pays comme le Japon.