Environnement : qu’est-ce que la planification écologique ?

La notion de “planification écologique” est populaire depuis la dernière élection présidentielle. L’idée : mettre l’écologie à toutes les strates de la décision publique et accompagner les industries.

Podcast

Qu’est-ce qu’une “planification écologique” réussie ?

1 - Qu’est-ce qu’une “planification écologique” réussie ?

02:17

Comment accompagner les industries à la “planification écologique” ?

2 - Comment accompagner les industries à la “planification écologique” ?

04:04

Politique : on vous explique ce qu’est la “planification écologique”

3 - Politique : on vous explique ce qu’est la “planification écologique”

08:01

Popularisée par Jean-Luc Mélenchon, la notion de “planification écologique” a été reprise par Emmanuel Macron dans un discours du 25 avril dernier, lorsqu’il avait déclaré : “ce quinquennat sera écologique ou ne sera pas”.  

Cette “méthode” consiste en fait à ne pas réserver l’écologie à une seule action publique ou à un seul ministère mais à la prendre en compte dans tous types de décision. Ainsi, c’est à Elisabeth Borne, l’actuelle Première ministre, qu’il revient de la mettre en œuvre, secondée par deux ministres chargés de la Transition écologique à l’échelle nationale et locale.  

Une nouvelle méthode de prise de décision 

“Cela a au moins le mérite de poser le débat”, reconnaît Wojtek Kalinoswki co-directeur de l’Institut Veblen, un think tank promouvant une économie plus durable.  

“La planification écologique, c’est le fait d’associer aux ambitions d’un État une véritable feuille de route”, explique l’auteur du livre “2030, c’est demain !” (paru aux éditions Les petits matins). Cela évite notamment que certaines décisions soient prises alors qu’elles vont à l’encontre des Accords de Paris, comme cela s’est déjà produit lors des précédents quinquennats.  

Brian Jackson / Adobe Stock

“Prenons l’exemple de la stratégie bas-carbone française : elle émet beaucoup d’objectifs en matière d’énergies renouvelables mais elle n’a jamais indiqué comment cela se traduirait concrètement”, détaille l’économiste.  

Cette stratégie a d’ailleurs déjà été adoptée par certains pays scandinaves, comme la Suède, et ce depuis le début des années 90, après le premier choc pétrolier.  

Accompagner vers la transition 

“La planification écologique a été longuement négociée au Parlement, par l’ensemble des partis politiques, puis a été votée, ce qui a donné un cadre clair aux gouvernements qui se sont succédés, aux entreprises et aux citoyens”, ajoute le spécialiste de la transition écologique en Europe.  

C’est sans doute ce qui a pêché lors de la crise des gilets jaunes en France. La taxe carbone, censée impacter les prix du carburant et du chauffage, n’a pas vraiment été accompagnée d’une feuille de route progressive, ni même expliquée.  

“Si vous voulez que les entreprises ne combattent pas ce type de taxe, il faut les inciter à investir dans des modèles économiques nouveaux. Si vous ne voulez pas affecter de façon très inégale les différentes couches sociales, il faut accompagner la population et mieux distribuer… d’où l’intérêt d’une planification”, explique Wojtek Kalinowski. Et d’ajouter : “À voir si la France en sera capable”.