Emploi : et si nous nous formions tous à la langue des signes ?

Selon l’Ecole Française, qui propose une formation à la LSF – Langue des signes française – la pratiquer améliore l’inclusion et favorise l’employabilité.

Podcast

La langue des signes favorise l’employabilité dans certains secteurs

1 - La langue des signes favorise l’employabilité dans certains secteurs

01:54

Comment se former à la langue des signes française ?

2 - Comment se former à la langue des signes française ?

03:33

Inclusion : mieux communiquer grâce à la langue des signes française

3 - Inclusion : mieux communiquer grâce à la langue des signes française

03:50

Inclure, mieux communiquer, s’adresser à tout le monde. Telle est l’ambition de la formation certifiante à la langue des signes française (LSF). Elle est dispensée par l’École Française et peut-être entièrement financée par votre compte formation.

Une formation qui s’adresse à tous

« Notre formation s’adresse à toutes les personnes qui sont sensibles à la langue des signes française. Elle est pour les personnes sourdes et malentendantes, mais aussi aux personnes entendantes », explique Florence Tersiguel, directrice de la formation. Selon elle, il est primordial de créer des ponts pour favoriser l’inclusion et la communication.

Capture d’écran – Ecole Française

« D’une part, elle peut permettre aux personnes malentendantes de se perfectionner ». En effet, d’après la Fédération Nationale des Sourds de France, on recense 300 000 personnes sourdes, dont un tiers seulement pratiquent couramment la Langue des Signes française.  Par ailleurs, 34 % d’entre eux sont inactifs du fait de la restriction d’accès à l’emploi notamment.

D’autre part, « son apprentissage par les personnes entendantes permet de faire un pas vers les personnes sourdes et muettes… mais aussi d’enrichir ses compétences », ajoute Florence.

La langue des signes, un formidable outil d’inclusion

L’apprentissage de la langue des signes française est aussi une compétence supplémentaire à ne pas négliger. Selon Florence Tersiguel, cela favorise l’insertion ou la .

Dans le secteur de la vente par exemple, certaines entreprises ont manifesté leur intérêt d’intégrer des personnes atteintes de surdité ou d’accueillir leurs clients dans de meilleures conditions. 

Selon Visuel-LSF, 27% des détenteurs de la certification ont trouvé un emploi en lien direct avec la langue des signes française, 31 % ont repris leurs études en continuité avec leur certification.

Cette compétence est par ailleurs vivement demandée dans plusieurs secteurs d’activité, tels que la santé, le commerce, l’hôtellerie-restauration ou encore l’éducation. “Aussi dans la petite enfance ou la langue des signes pour les bébés est de plus en plus plébiscitée”.