Contraception masculine, parlons-en messieurs !

Vasectomie, pilule, injection d’hormones, slip chauffant, bain pour testicules… les techniques de contraception masculine existent, mais sont peu utilisées ou méconnues. Pourquoi les hommes hétérosexuels ont-ils pris l’habitude ou le réflexe de laisser la charge contraceptive aux femmes ? Réponse avec deux hommes contraceptés et fiers de l’être : Guillaume Daudin et Erwan Taverne. 

Podcast

Contraception masculine, parlons-en messieurs !

1 - Contraception masculine, parlons-en messieurs !

08:05

Contraception masculine : mettre ses testicules au chaud !

2 - Contraception masculine : mettre ses testicules au chaud !

04:06

Contrôler sa fertilité : mode d’emploi pour les hommes

3 - Contrôler sa fertilité : mode d’emploi pour les hommes

02:05

Tranquillement, l’idée selon laquelle la charge contraceptive ne doit plus reposer que sur les épaules des femmes, fait son chemin dans la tête des Français.es. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude menée par OpinionWay pour le journal 20 Minutes. D’après celle-ci, 37% des hommes âgés de 18 à 30 ans se disent prêt à prendre une pilule contraceptive, comme celles prises par les femmes, si celle-ci est remboursée par la sécurité sociale. 

Concernant les autres moyens de contraception, 22% des sondés plébiscitent la vasectomie, ou “stérilisation masculine”, quand 12% d’entre eux se laisseraient volontiers tenter par le slip chauffant : cette technique, inventée par le médecin toulousain Roger Mieusset, consiste à utiliser un sous-vêtement pour plaquer les testicules contre la peau, augmenter ainsi leur température et rendre impossible temporairement la production de spermatozoïdes.   

Cette méthode thermique est notamment portée par Erwan Taverne et son association GARCON (Groupe d’Action et de Recherche pour la Contraception), qu’AirZen Radio a rencontré. Selon lui, le principal problème concernant la contraception masculine, c’est le manque de volonté des hommes de s’intéresser au sujet, mais aussi et surtout le manque de sensibilisation. C’est exactement la démarche de Guillaume Daudin, co-auteur de la BD Les contraceptés (publiée aux éditions Steinkis, ndlr), dans laquelle il espère pouvoir briser ce “dernier sujet tabou”. 

Notez par ailleurs, toujours en matière de contraception, qu’elle sera rendue gratuite pour les femmes âgées jusqu’à 25 ans, et ce, à partir du 1er janvier 2022. Cela concerne les pilules de 1ère et 2ᵉ génération, les patchs ou encore les stérilets.