Comment la psychologie positive peut nous aider dans notre travail

Dans un manuel d’auto-coaching, Justine Chabanne et Ilona Boliwell proposent dix étapes pour dénicher le positif dans son environnement professionnel pour en faire une philosophie.

Podcast

Comment poser des « bases positives » dans son travail ?

1 - Comment poser des « bases positives » dans son travail ?

01:57

Gestion du temps : l’apport de la psychologie positive

2 - Gestion du temps : l’apport de la psychologie positive

04:01

Psychologie positive : que peut-elle apporter au monde professionnel ?

3 - Psychologie positive : que peut-elle apporter au monde professionnel ?

08:14

Avez-vous entendu parler de la « grande démission » post-Covid-19 ? Qu’elle soit réelle ou non, il est certain que la pandémie mondiale et la paralysie consécutive a engendré une quête de sens. La psychologie positive est une discipline qui s’y emploi et elle pourrait bien être utile pour notre travail.

Editions Vuibert

Peut-être qu’en montrant quelques pistes positives appuyées sur des recherches scientifiques, nous pourrons trouver des idées pour sa motivation et son épanouissement au travail ? C’est en tout cas la promesse de Justine Chabanne et Ilona Boniwell.

Toutes deux spécialistes en psychologie positive appliquée au travail, elles proposent dans un manuel 10 séances d’autocoaching.

Qu’est-ce que la psychologie positive appliquée au travail ?

La psychologie positive n’est pas la méthode Coué. Elle ne consiste pas à dire que tout va bien. « C’est important de le souligner. La psychologie positive est une discipline. C’est l’étude des conditions qui contribuent à notre épanouissement et à notre fonctionnement optimal », explique Justine Chabanne.

Si on l’étend à la sphère professionnel, cela revient donc à analyser les situations dans lesquelles on se sent le plus à l’aise.   

Poser les bases positives pour bien démarrer

La première pierre à l’édifice serait de lâcher notre regard sur ce qui manque ou ne marche pas. « Il faut s’autoriser à regarder les aspects de son travail que l’on aime bien, ces tâches qu’on fait sans se faire prier, où on se sent boosté », explique Justine Chabanne.

Editions Vuibert

Selon elle, ce changement de regard et de curseur veut déjà dire beaucoup. Il s’agit de changer d’état d’esprit, de passer à un état d’esprit dit « de développement ». Ensuite, cet enthousiasme peut être utilisé comme un outil pour faire face aux autres dimensions de son activité professionnelle. « On invite dans l’ouvrage à utiliser cet état d’esprit pour mieux supporter ce qui va moins bien », explique la psychologue.  

Pour en savoir plus :

Psychologie positive – 10 séances d’autocoaching pour se motiver et s’épanouir dans son job“, de Justine Chabanne et Ilona Boniwell, éditions Vuibert.