Belfort : Amine a sauvé neuf personnes coincées dans un incendie

Le 13 février dernier, à Belfort, un livreur de 28 ans a sauvé neuf personnes piégées dans un incendie. Rencontre.

Podcast

Belfort : Amine a sauvé neuf personnes coincées dans un incendie

1 - Belfort : Amine a sauvé neuf personnes coincées dans un incendie

02:18

Amine sauve la vie de neuf personnes à Belfort

2 - Amine sauve la vie de neuf personnes à Belfort

04:20

Un geste héroïque pour les pompiers

3 - Un geste héroïque pour les pompiers

04:25

C’est un véritable héros. À 28 ans, un livreur a fait preuve d’un courage incroyable. Le 13 février dernier, vers 23 h 30, alors qu’il partait livrer une commande, il voit de la fumée et des flammes s’échapper d’un immeuble situé au 92 de l’avenue Jean Jaurès, à Belfort. Il s’arrête, klaxonne pour alerter les habitants de l’immeuble du danger. Puis tout s’enchaîne très vite.

Amine voit deux femmes au premier étage à la fenêtre. Il décide de monter par la façade pour les mettre à l’abri. Puis, il entend tousser deux personnes sous les toits. Il grimpe alors jusqu’au toit : « Je marche avec les pieds et les mains, explique-t-il, parce que c’est risqué, ça glisse et c’est dangereux ».

« Je n’ai même pas réfléchi », témoigne Amine. « J’ai été éduqué comme ça. C’est une réaction humaine. Je ne peux pas laisser les gens mourir. Il faut aider (…) A un moment donné, j’ai quand même eu peur, sur le toit, entre le feu, le danger et le risque de chute. »

Mais l’histoire se termine bien puisqu’il sera évacué par les pompiers quelques minutes plus tard. Le jeune homme, qui est secouriste en Algérie et en France, s’est légèrement blessé pendant l’intervention. Il a quand même sauvé neuf personnes ce soir-là.

Un geste héroïque qui a impressionné les pompiers. Gilles, chef des opérations pour les pompiers du Territoire de Belfort, salue le geste. Gilles rappelle qu’en cas d’intervention, pour venir en aide à des personnes en situation de détresse, il vaut mieux éviter d’intervenir et laisser les pompiers formés le faire. Par contre, il faut impérativement alerter et composer le 112 ou le 18.

« On pourrait comparer le sauvetage qu’à fait Amine avec une personne qui se trouverait au bord d’une rivière avec quelqu’un qui appelle à l’aide », explique Gilles. « Si je veux sauter à l’eau pour porter secours à cette personne, je dois moi-même être un nageur aguerri et m’assurer que le courant ne nous emportera pas tous les deux. »

En résumé, conclut Gilles : « Portez secours quand vous pouvez le faire, appelez les secours, mais ne vous engagez pas si le danger peut vous nuire à vous ou à la victime que vous allez chercher. »