Avons-nous vraiment le droit à l’erreur au travail ?

Olivier Crosetta, coach de dirigeants en management opérationnel, nous partage en quoi les retours d’expériences suite à des erreurs peuvent être sources de créativité et d’innovation.

Podcast

S’accorder le droit à l’erreur au travail

1 - S’accorder le droit à l’erreur au travail

01:56

Tirer tous les enseignements des erreurs

2 - Tirer tous les enseignements des erreurs

04:06

Le droit à l’erreur est une source de créativité et d’innovation

3 - Le droit à l’erreur est une source de créativité et d’innovation

08:10

De son expérience militaire (18 années dans les forces spéciales, officier), puis de dirigeant de grandes entreprises françaises et internationales, et enfin de coach de dirigeants en management opérationnel performant et durable, Olivier Crosetta partage les enseignements par des coachings, des conférences ou des formations.

Collection privée Olivier Crosetta

Si les dirigeants disent accepter le principe du droit à l’erreur dans le monde du travail, la réalité de sa mise en pratique n’est ni évidente ni facile. Pourtant, le constat admis par tous est que l’innovation nécessaire dans toute activité demande de la créativité, de la prise d’initiative. Elle n’est possible que si l’erreur est admise, voire parfois volontairement provoquée afin de collecter tous les enseignements et découvertes éventuelles liées à ses effets.

Olivier Crosetta propose d’accepter ce droit à l’erreur au travail tout en fixant un cadre qui autorise sans risquer de « jouer hors-jeu ». De son parcours militaire, il nous partage notamment le « SCAR » ( Si C’était À Refaire ) utilisé lors des systématiques « retex » ( retours d’expériences ) après toutes les opérations des forces spéciales. Cela pour faire mieux la fois suivante et être plus fort et performant. Il encourage toutes les équipes de travail à utiliser le SCAR pour progresser dans leur organisation

Synergies and co