Artisanat : des nouvelles formations pour répondre à des besoins

Justement en Gironde, la chambre de métiers et de l’artisanat ouvre une nouvelle formation CAP primeur après les demandes d’entreprises. Ce n’est pas la seule profession concernée.

Podcast

Les métiers de l’artisanat oubliés qui séduisent à nouveaux

1 - Les métiers de l’artisanat oubliés qui séduisent à nouveaux

02:19

Le CAP primeur, une formation qui répond à une demande des entreprises

2 - Le CAP primeur, une formation qui répond à une demande des entreprises

04:33

Comment valoriser l’artisanat auprès des jeunes ?

3 - Comment valoriser l’artisanat auprès des jeunes ?

08:26

Aujourd’hui? l’artisanat « c’est environ 250 métiers de proximité que l’on rencontre dans notre quotidien comme des mécaniciens, des bouchers, des boulangers, explique Jimmy Hardorock, responsable orientation et formation à la chambre de métiers et de l’artisanat en Gironde. Il faut dire que l’artisanat est la première entreprise de France. Elle représente un million d’entreprises et, tous les ans, environ 60 000 se créent. »

Ce secteur, qui compte un million de salariés, évolue constamment, « dans la pratique et dans les formations explique-t-il. Par exemple, en filière automobile on peut commencer avec un CAP et terminer avec une licence professionnelle. L’artisanat n’est pas une voie de garage et je m’enorgueillis de voir des jeunes formés chez nous devenir des employeurs qui souhaitent à leur tour embaucher des apprentis. »

« Évolution des mentalités »

En effet, les métiers de l’artisanat font des adeptes et suivent aussi les tendances sociétales. Par exemple, en Gironde, une nouvelle formation CAP primeur a été créée pour répondre à une demande des entreprises qui souhaitent avoir des employés qualifiés. « Ce métier ne comprend pas que de la mise en rayon, assure Dominique Ganteille, directeur CFA Institut des métiers et de l’artisanat 33. On travaille la cuisson, la connaissance en fruits et légumes, les conseils clientèle, de présentation du produit. Les gens veulent savoir ce qu’ils consomment. »

Par ailleurs, il soulève aussi le fait qu’il y a des formations, comme le CAP couture, qui étaient désertées pendant 10-20 ans et séduisent à nouveau. C’est aussi le cas pour le CAP réparateur de vélo, qui avait disparu. En Gironde, il n’y avait pas forcément de formation. Il y a six ans, le CFA Institut des métiers et de l’artisanat 33 l’a proposée. « C’est dû à l’évolution des mentalités et des besoins, constate Dominique Ganteille. Le public se tourne de plus en plus vers le vélo, il y a aussi un acte militant derrière ».

Pour plus d’information, n’hésitez pas à vous tourner vers la Chambre de métiers et de l’artisanat près de chez vous.