À Bordeaux, des balades qui remettent sur le chemin de l’emploi

En été, l’Alternative urbaine propose la découverte insolite de lieux à la richesse insoupçonnée, sur les pas des éclaireurs urbains. Une initiative culturelle et de réinsertion.

Podcast

Alternative urbaine : mettre le pied à l’étrier vers l’emploi

1 - Alternative urbaine : mettre le pied à l’étrier vers l’emploi

02:14

Alternative urbaine : donner confiance en soi

2 - Alternative urbaine : donner confiance en soi

04:06

Alternative urbaine : des richesses insoupçonnées

3 - Alternative urbaine : des richesses insoupçonnées

04:10

Lorsque l’on visite Bordeaux et ses points d’intérêt, faire un pas de côté dans ses quartiers populaires ou communes limitrophes n’est pas forcément notre réflexe premier. Et pourtant, Lormont, Floirac, Cenon, et certains quartiers bordelais loin des projecteurs, regorgent de surprises et d’initiatives associatives et culturelles remarquables.

“C’est ce que l’on veut mettre en valeur”, insiste Zoé Michaud, qui assiste la chargée de communication culturelle à l’Alternative urbaine, qui propose huit balades hors des sentiers battus. “Le but, c’est de faire changer le regard des gens qui habitent dans la métropole bordelaise ou qui sont en vacances, sur des quartiers qui sont méconnus.” 

Florence Jaillet/AirZen Radio

C’est aussi une forme innovante de tremplin vers l’emploi. Les guides, appelés “éclaireurs urbains”, la plupart du temps chômeurs de longue durée, sont formés pendant près d’un an via l’association. Au programme : travail avec des comédiens, visites avec un guide professionnel, simulations d’entretiens d’embauche… Car se former, c’est se réinsérer dans un parcours professionnel, mais c’est aussi reprendre confiance en soi et en ses capacités, mettre en valeur ses qualités. 

60% d’entre eux trouvent un travail ou une formation qualifiante à l’issue de leur mission d’éclaireur urbain. « On a beaucoup de retours, raconte Zoé Michaud. Ça fait vraiment chaud au cœur, quand on voit les gens en situation de grande vulnérabilité retrouver ensuite la joie de vivre, avec le retour à l’emploi. C’est vraiment la consécration de leur formation. C’est pour ça qu’on continue.” 

« C’est mieux avec un guide »

Ce samedi, c’est Neli Ivanova qui guide le petit groupe qui a choisi la balade de Lormont, sur les hauteurs de Bordeaux. Elle vient de Bulgarie mais vit dans la commune depuis cinq ans. “J’ai appris beaucoup de choses en faisant les balades, j’ai entraîné mon français. Je suis de nature très timide mais, maintenant, je me sens plus à l’aise, j’ai plus confiance en moi. Désormais, quand je marche dans la rue, je regarde les bâtiments, j’essaie de deviner quand ils ont été construits. Avant, je n’y prêtais pas attention. Quand je ne peux pas répondre à une question, je fais des recherches pour la fois suivante. Quand j’ai des commentaires positifs sur le site, ça me fait plaisir. Je suis contente.” 

Florence Jaillet/AirZen Radio

Neli insuffle une jolie énergie. Les promeneurs du jour l’écoutent religieusement, s’étonnent, posent aussi des questions, saluent son savoir et son parcours. Certains habitent la commune, mais l’ont découverte autrement ce jour-là. D’autres viennent de plus loin, comme cette dame qui a fait une heure de route et dont c’est la quatrième balade avec l’Alternative urbaine. « C’est toujours aussi enrichissant et ça permet de découvrir des endroits de manière très étonnante et de participer à un projet social. Par exemple, si on n’est pas au courant qu’il y a un chemin sous le pont d’Aquitaine, on n’y va pas. C’est mieux avec un guide.”

Elle ne tarit pas d’éloge sur Neli : “Elle est charmante. C’est très agréable. À refaire et à encourager vivement ! J’encourage les gens à venir découvrir les balades. Vous pouvez leur faire entièrement confiance !”