Voir la vie positivement avec Aurélie Gaignard : être pleinement soi

Après un burn-out et l'annonce d'un cancer d'un sein Aurélie Gaignard, spécialiste en prévention santé et bien-être en entreprise et auprès du grand public a commencé à mettre en place des actions positives pour voir son verre à moitié plein. La question qu’elle s’est posée, c'est : "qui suis-je réellement ?"

Podcast

Voir la vie positivement avec Aurélie Gaignard : être pleinement soi

1 - Voir la vie positivement avec Aurélie Gaignard : être pleinement soi

01:38

Être pleinement soi c’est quoi ?

2 - Être pleinement soi c’est quoi ?

04:35

Se défaire des étiquettes qu’on nous colle

3 - Se défaire des étiquettes qu’on nous colle

04:11

« Qui êtes-vous réellement Aurélie Gaignard ? » Cette question a été posée à Aurélie Gaignard, spécialiste en prévention santé et bien-être en entreprise et auprès du grand public un personne qui l’accompagne pendant sa maladie qui l’a mise face à cette question.

Elle prend comme exemple des événements qui lui ont permis de se poser cette question pour y répondre : « à la suite de mon burnout je n’avais plus d’identité professionnelle car je n’avais plus de profession. Et on se retrouve à un moment de notre vie où on peut se retrouver à nue, sans identité à donner aux autres. En même temps, ça m’a permis d'aller à la connaissance de qui je suis au plus profond de moi et on est bien autre chose que son nom son prénom au plus que son métier, que ses qualité et défaut. Il existe au fonde nous quelque chose de beaucoup plus beau et profond de nous. »

Ou encore avec un évènement plus récent, l’annonce de son cancer du sein : « ces derniers mois jusqu’à vendredi 6 décembre, je m’identifiais et je me qualifiais à travers cette maladie. J’étais très en joie par rapport à la fin de traitement. Et lundi je me suis levée je me suis préparée mais finalement, c'était le vide par ce que je n’allais plus  à l’hôpital pour suivre mon traitement, et il n’y a n'avait plus rien qui me qualifiait. C’est là que j’ai pris conscience que j’ai vécu tous ces mois à travers l’identité « d’Aurélie malade » et donc quid de « Qui suis-je ? » »

Pour finir : « à travers ses deux événements difficiles, j’en ressors avec une meilleure connaissance de moi-même et du coup plus libre des identités qu’on nous colle ».