Savoie : s’essayer au bobsleigh sur la piste olympique

A la Roche, il existe l’unique piste de bobsleigh de France. En plus des athlètes, des particuliers peuvent venir essayer ce sport de sensations fortes.

Podcast

La reconversion exemplaire de la piste olympique de la Plagne

1 - La reconversion exemplaire de la piste olympique de la Plagne

02:00

Offrir aux particuliers une expérience inédite

2 - Offrir aux particuliers une expérience inédite

04:01

Le bobsleigh, un sport technique et de vitesse extrême

3 - Le bobsleigh, un sport technique et de vitesse extrême

07:59

En 1992, le monde avait les yeux rivés sur le territoire de la Roche, à La Plagne, en Savoie. Le domaine skiable accueillait les Jeux olympiques d’Albertville et, à l’occasion, une nouvelle piste olympique de bobsleigh voyait le jour.

Le bobsleigh est un sport qui a été créé à la fin du XIXe siècle, en Suisse, par des aristocrates anglais. À l’époque, La Plagne était une mine de plomb argentifère et, le week-end, les ouvriers s’amusaient à descendre avec une luge les routes verglacées.

Le sport s’est ensuite développé au fil des années pour devenir un sport olympique où des bobbers, les athlètes de bobsleigh, se lancent à toute vitesse sur une piste de glace avec des virages relevés. Le but étant de garder et d’optimiser cette vitesse tout en appréhendant les virages.

12 000 bobbers par an

La piste olympique de bobsleigh de La Plagne est unique en France et propose, depuis trente ans, des descentes à des particuliers. Elle fait 6 800 m2 de surface de glace – l’équivalent de cinq patinoires – et la vitesse de descente peut atteindre les 135 km/h. Cette reconversion d’une infrastructure olympique est exemplaire et la piste accueille plus de 12 000 personnes par an.

Bruno Thomas, ancien bobber de l’équipe de France et directeur général de la piste olympique, affirme que les sensations d’une descente sont grisantes et que la piste est maintenant parfaitement intégrée dans le vallon. 

De plus, pour entretenir la glace, les équipes de glaciers sont les premiers à ne plus utiliser d’ammoniaque, un produit considéré comme néfaste pour l’environnement.