Paris : une école pour devenir jardinier dans un cadre exceptionnel

L’école Du Breuil se situe à Paris et forme chaque année depuis plus de 150 ans, ses élèves aux métiers de l’horticulture. AirZen Radio se plonge dans cet univers extraordinaire.

Podcast

Le potager de l’École Du Breuil

1 - Le potager de l’École Du Breuil

02:06

De traducteur à jardinier à l’école Du Breuil

2 - De traducteur à jardinier à l’école Du Breuil

04:16

À la découverte de l’école Du Breuil

3 - À la découverte de l’école Du Breuil

07:54

Depuis la semaine dernière, nous apprenons à découvrir l’École Du Breuil. Comme l’explique Catherine LeBrun : « L’école accueille chaque année environ 300 élèves, répartis entre le lycée et le CFA, de la seconde au Master 2 ainsi qu’une centaine d’adultes en reconversion professionnelle en aménagement paysagers et en agriculture urbaine et périurbaine. »
 

Le jardin de l’école est ouvert au public

Cette école a plus de 150 ans et ce que peu de gens savent : son jardin est ouvert à tous. Il est possible de venir s’y ressourcer en famille et d’admirer le travail des élèves.

Pour discuter avec les jardiniers en devenir et les formateurs, il faudra s’y rendre lors des journées portes ouvertes organisées plusieurs fois par an. AirZen Radio a pu rencontrer celles et ceux qui font cette école.

Une pédagogie ou l’humaine a autant de place que le végétal

La plupart des formateurs ont été élèves de Du Breuil. Bienveillance, chaleur humaine et envie de bien faire sont au rendez-vous dans cette pédagogie ou l’humain a autant sa place que le végétal.

Certains élèves venant du système scolaire classique reprennent confiance en eux en intégrant la grande famille que forme l’école. D’autres, arrivent en cours de carrière professionnelle et se lancent dans la grande aventure du changement de voie professionnelle.

Manu, avant d’être jardinier, était traducteur : « Je travaillais chez moi, seul, devant mon ordinateur. J’ai décidé au bout de 17 ans de changer du tout au tout. J’ai toujours été intéressé par les plantes et avant de changer de métier, j’ai fait un bilan. C’est le jardinage qui s’est imposé à moi. J’avais besoin de changement, je ne me voyais pas continuer tout seul chez moi devant mon ordinateur. Ce qui me plait, c’est le jardinage, les aménagements paysagers, mais aussi la transmission. »

Pour en savoir plus sur l’école ou aller vous dépayser en vous promenant dans son jardin, vous pouvez cliquer ici.