Nantes : Olivier Durand, un maraîcher 100% bio et 0% plastique 

Olivier Durand est foncièrement contre l’utilisation de toutes formes de pesticides, même naturelles, et exhorte ses élèves à suivre le pas. Il est également adepte de la technique des mini-motte.

Podcast

La technique ancienne de la mini-motte

1 - La technique ancienne de la mini-motte

02:10

L’importance de transmettre le bon sens paysan à ses élèves

2 - L’importance de transmettre le bon sens paysan à ses élèves

04:12

Comment un agriculteur a développé sa culture sans pesticides

3 - Comment un agriculteur a développé sa culture sans pesticides

07:44

Dès le début Olivier Durand veut mettre les choses au clair : il n’y a pas une goutte de pesticides sur ses terrains. Pas même des pesticides naturels !

L’agriculteur/professeur/agronome dit avoir du dégoût pour toutes les formes de pesticides. Selon lui, il y a un très grand nombre d’alternatives.  

Un équilibre plantes-insectes 

Afin de maintenir une norme purement et 100% biologique, Olivier Durand a recours à de nombreux stratagèmes : la protection physique (à l’aide de filet anti-insecte), le décalage de production (pas de cultures intensives), le suivi des saisons est logiquement nécessaire, jouer avec l’humidité présente dans les serres permettrait également de réduire la présence d’insectes, l’action humaine par sélection des plantes,… Tout est une question d’équilibre pour l’agronome. 

La technique de la mini-motte

Un des objectifs d’Olivier est de faire de sa philosophie une réalité, face aux difficultés du métier mais aussi de son importance. À travers les cours qu’il donne à l’Université de Nantes, il sensibilise ainsi les futurs agronomes à l’importance du bon sens paysan.

La technique de mini-motte utilisée par des agriculteurs dans les années 1960 a été ressortie du placard par le maraîcher. Petite ou grosse, il va en produire pour toutes les plantes qu’il a en pot à l’aide d’une machine qui sectionner la terre autour des plantes pour permettre d’abord une meilleure réinsertion dans la terre, et ensuite pour éliminer au maximum la présence de plastique dans la ferme