Mois sans tabac : comment trouver la motivation pour arrêter ?

Ce mois de novembre est l’occasion de mettre en avant les réussites quant à l’arrêt du tabac. Tenez-bon, comme Léa, 24 ans, qui ne fume plus depuis le 12 août dernier.

Podcast

Mois sans tabac : ne sous-estimez pas votre mental

1 - Mois sans tabac : ne sous-estimez pas votre mental

02:12

Le livre « En finir avec la cigarette » d’Allan Carr

2 - Le livre « En finir avec la cigarette » d’Allan Carr

04:21

Mois sans tabac : que représente la cigarette ?

3 - Mois sans tabac : que représente la cigarette ?

08:13

Créée en 2016, le Mois sans tabac vise à aider les fumeurs à lâcher leur cigarette. Si l’effet de groupe, les kits et les consultations peuvent être un premier pas, d’autres techniques ont fait leurs preuves comme l’hypnose.

Léa, 24 ans, a fumé sa dernière cigarette le 12 août grâce à un livre, « La méthode simple pour en finir avec la cigarette » (éditions Pocket) d’Allen Carr. Si aucune étude scientifique ne prouve l’efficacité de cet ouvrage publié à plusieurs millions d’exemplaires, il peut être un coup de pouce comme pour Léa qui avait “le livre à disposition” et qui l’a lu sans grande conviction.

Que raconte le livre d’Allen Carr ?

Pourtant, après près de 10 ans de tabac, elle commence à avoir quelques soucis de santé : le cœur bat vite, des angoisses et un souffle réduit. Avec environ 15 cigarettes par jour, elle ne voulait pas pour autant se réconforter dans la nourriture, comme on le dit souvent.

Au fil des pages, l’auteur déconstruit toute l’image positive qu’il y a autour de la cigarette. Progressivement, il s’agit donc de se rendre compte qu’on n’en a pas forcément besoin dans sa vie et qu’elle n’apporte en réalité que des côtés négatifs. Le livre booste ainsi le mental car si le tabac est une addiction, la cigarette n’en reste pas moins une habitude, un doudou, un bouclier pour beaucoup de fumeurs. Si le cerveau décide d’arrêter de fumer, l’arrêt sera donc moins difficile.

La dernière cigarette, on s’en souvient

« Je ne savais pas que c’était ma dernière cigarette, je n’avais juste plus envie d’en rallumer après celle-là », explique Léa. Si les proches accueillent positivement la nouvelle, la jeune femme avoue pourtant que le soutien est de courte durée. Il faut donc compter sur soi et son mental. Une belle découverte pour Léa qui le vit comme une revanche personnelle dont elle peut être fière.

Grâce aux témoignages, aux applications, à une cigarette électronique sans nicotine mais surtout à elle-même, Léa n’a donc pas fumé de tabac depuis le 12 août dernier.