Les écoles de la deuxième chance aident les décrocheurs

En France, il existe 135 écoles de la deuxième chance. Gratuites, elles sont dédiées aux jeunes de 16 à 25 ans sans diplôme ni scolarisés. A la sortie de leur parcours, les stagiaires reçoivent une attestation de compétences acquises reconnues par l’Etat. 

Podcast

Les écoles de la deuxième chance aident les décrocheurs

1 - Les écoles de la deuxième chance aident les décrocheurs

08:02

A quoi servent les écoles de la deuxième chance ?

2 - A quoi servent les écoles de la deuxième chance ?

02:11

Témoignage de Clara Candela, une stagiaire à l’école de la deuxième chance

3 - Témoignage de Clara Candela, une stagiaire à l’école de la deuxième chance

04:04

Trouver sa voie professionnelle n’est pas toujours facile. Alors un petit coup de pouce pour y voir plus clair est toujours le bienvenu. C’est le rôle que joue les écoles de la deuxième chance appelées aussi les E2C. Gratuite, cette structure d’aide à l’insertion à l’emploi existe dans 135 villes de France hexagonale et ultramarin. « Leur mission c’est vraiment de former et d’accompagner les jeunes de 16 à 25 ans qui sont sans emploi ni qualification, explique Sonia Ciccione est Première Vice-Présidente du réseau national des écoles de la chance et directrice de l’école de Marseille. Elle poursuit « vous entrez à l’école de la deuxième quand vous voulez, il y a des rentrées tout au long de l’année une à plusieurs chaque mois suivant les E2C. Une rentrée suivant at la taille des écoles ça peut-être 2-3 jeunes, 15 jeunes, 40 jeunes qui arrivent à la même date. En revanche, ils sont toujours par petits groupes de 12-14 jeunes. »  

Une fois qu’ils ont intégré l’école, "les stagiaires" le nom donné aux participants, ont une remise à niveaux des fondamentaux :  en maths, en français et en informatique. En parallèle ils participent à des activités culturelles et sportives. La moitié de leur temps est consacré aux différents stages en entreprise, ce qui leur permet aussi de peaufiner leur projet professionnel. Leur statut leur permet de recevoir une rémunération moyenne de 500 euros.  

La durée du parcours varie en fonction des aspirations des jeunes et peuvent rester entre 4 et 18 mois. Finalement ils sont six jeunes sur dix à accéder à une formation ou à un emploi. En France, ils sont 15 milles jeunes à avoir été aidés l’an dernier.