Le mapping, l’art de créer une histoire en projetant des images

Benjamin Leblanc fait du mapping numérique narratif in situ. Depuis plusieurs années, il crée des histoires visuelles et sonores pour habiller des statues ou des arbres.

Podcast

Mapping : créer une histoire à partir d’images projetées

1 - Mapping : créer une histoire à partir d’images projetées

02:15

Art : qu’est-ce que le mapping numérique narratif in situ ?

2 - Art : qu’est-ce que le mapping numérique narratif in situ ?

04:05

Immersif : rencontre avec Benjamin Leblanc, artiste de mapping

3 - Immersif : rencontre avec Benjamin Leblanc, artiste de mapping

08:14

Derrière ce nom complexe, vous connaissez déjà probablement le mapping numérique narratif. Il s’agit de raconter des histoires en projetant des images sur des façades de monuments, par exemple, à l’image de la Fête des Lumières à Lyon ou Chartres en lumières, en Eure-et-Loir.

Rencontre avec Benjamin Leblanc, artiste aux multiples casquettes, véritable touche-à-tout et professeur d’arts plastiques.

AirZen. Où avez-vous découvert le mapping ?

Découvrez le mapping, l’art de créer une histoire en projetant des images
Benjamin Leblanc/Visiocaïne production

Benjamin Leblanc. J’ai été comédien et auteur, j’ai toujours besoin de créer et de me renouveler. Il y a quelques années, je me rends à Prague, en République tchèque, et je vois ce mapping sur l’horloge astronomique de la ville. Et là, c’est le choc esthétique, la révélation.

Je suis donc entré comme scénariste dans une société de mapping. Comme j’ai été formé aux contes chez Gallimard, j’ai écrit des contes pour cette société et donner un sens aux histoires qu’ils racontaient. C’est ça du mapping numérique narratif. Puis je me suis lancé seul dans l’idée de varier les supports. Après plusieurs projets qui n’ont pas abouti, j’ai eu la chance de me lancer lors d’un festival des Arts Numériques, au musée des Beaux-Arts.

Comment trouvez-vous votre inspiration ?

Découvrez le mapping, l’art de créer une histoire en projetant des images
Benjamin Leblanc/Visiocaïne

Je fais du « in situ », c’est le lieu qui m’inspire. Dans le musée des Beaux-Arts, j’avais carte blanche, je suis tombée sur la statue d’une femme nue qui tenait un marteau avec, à ses côtés, un homme étêté emballé dans du papier bulle. J’ai ensuite suivi les codes du conte : je commence par « il était une fois » et je termine par « moralité » puis je fais un storyboard.

Au cinéma, quand on parle d’un cheval, on voit un cheval. Pour le mapping, notre support n’est pas un grand écran blanc, donc on va davantage chercher à traduire les émotions via des mouvements ou des couleurs.

L’artiste Benjamin Leblanc a monté sa société de production : Visiocaïne. Il y développe le mapping sur divers supports comme l’être humain ou l’être vivant (arbre, plantes…).