Le fondateur de Patagonia lègue son entreprise pour défendre le climat

La célèbre marque de vêtements, valorisée à trois milliards de dollars, frappe un grand coup. Le fondateur de Patagonia a annoncé : « La Terre est maintenant notre seul actionnaire ».

Une page se tourne pour la célèbre marque engagée pour la planète. Son fondateur, Yvon Chouinard, souhaite, à l’âge de 83 ans, prendre le virage. Il veut faire don de son entreprise à une association de lutte contre la crise environnementale et la protection de la nature.

Si Patagonia, valorisée à plus de 3 milliards de dollars, aurait pu rentrer en Bourse selon le « New York Times », son avenir en est tout autre. Après délibération avec sa famille, le grand patron, a communiqué par l’intermédiaire d’une lettre ouverte. Il y explique donner 100% des parts de l’entreprise à une association de lutte contre la crise environnementale et la protection de la nature (qui se verront recevoir l’intégralité des profits).

“Si nous avons le moindre espoir d’une planète prospère, et encore moins d’une entreprise, il faudra que nous fassions tout ce que nous pouvons avec les ressources dont nous disposons.
C’est ce que nous pouvons faire.”

Yvon Chouinard

Il explique également « qu’il n’a jamais voulu devenir business man », ni milliardaire. « Une option était de vendre Patagonia et de donner tout l’argent. Mais on ne pouvait pas être sûr qu’un nouveau propriétaire maintienne l’emploi et nos valeurs », précise-t-il.

A N N O N C E

Le grand patron estime ainsi qu’une entrée en Bourse aurait été un véritable désastre : « Même avec les meilleures intentions, les entreprises cotées sont sous pression pour réaliser des profits de court terme, au détriment de la vitalité à long terme et de la responsabilité. » Sa véritable aspiration serait de réinventer le capitalisme.

La famille Chouinard va même débourser 17,5 millions de dollars supplémentaires

La générosité et la créativité de la famille Chouinard ne semblent pas avoir de limites. Après s’être entretenu avec ses avocats, décision est prise. Elle va donc transférer des actions avec droit de vote à un trust supervisé par des membres de sa famille et des conseillers. Patagonia reste une entreprise à but non lucratif.

Il n’en reste que « chaque année, l’argent que l’on gagne après avoir réinvesti dans l’entreprise sera distribué comme un dividende pour combattre la crise [du climat, NDLR] ».

Dans cette opération, pas question d’opération fiscale. À l’instar des donations caritatives de nombreux millionnaires. Le big boss de Patagonia souhaite payer 17,5 millions de dollars d’impôts sur les actions transférées au trust. 

Aussi, cette décision est partagée par le reste de sa famille. Si ses deux enfants n’hériteront pas de l’entreprise familiale, ils la soutiennent en revanche à 100%.