L’aéroport de Nice fait don des produits recalés à l’embarquement

Pour la première fois en France, l’aéroport de Nice donne aux Restos du cœur les produits destinés à être jetés au moment du contrôle de sécurité des passagers avant d’embarquer.

Podcast

Nice, les produits ne pouvant pas aller dans les avions sont donnés

1 - Nice, les produits ne pouvant pas aller dans les avions sont donnés

02:06

Nous avons tous été confrontés un jour ou l’autre à ce genre de situation. À l’aéroport, avant d’embarquer, aux contrôles de sécurité des bagages cabine, on a oublié que, quelques heures plus tôt, on avait acheté une spécialité locale ou un cadeau que l’on veut ramener. Mais depuis 2006, les liquides, crèmes et pâtes ne doivent pas dépasser 100 ml.

Face à cette situation, de nombreuses denrées et produits cosmétiques sont purement et simplement jetés. C’est un véritable gâchis. Ce n’est plus le cas de l’aéroport de Nice. Il y a quelques mois, un membre des Restos du Cœur a eu l’idée de solliciter l’aéroport afin de récupérer les produits et objets confisqués sur place.

Une aubaine pour l’asso

Les autorités ont donné leur accord et les passagers sont désormais informés que leurs biens ne seront pas détruits comme c’est toujours l’usage ailleurs, mais donnés aux Restos. Une aubaine pour l’association et un moindre mal pour les voyageurs.

Si la plupart des produits mis de côté sont des parfums, des shampoings, des crèmes ou des déodorants, les bénévoles mettent la main aussi sur des boissons : des bouteilles d’eau, de vin ou d’alcool. Sans oublier les produits locaux comme l’huile d’olive ou des conserves. Les articles à peine entamés sont aussi récupérés et peuvent être distribués, dans le respect des règles sanitaires. En revanche, les denrées alimentaires ouvertes, ne le sont pas.

Étendre l’opération

Pour le moment, l’association récupère la collecte de quelques vols. Elle est en contact avec l’aéroport pour accéder prochainement à un autre terminal et étendre encore son opération. Les bénévoles viennent jusqu’à présent trois fois par semaine pour récupérer 70 kilos de marchandises.

120 0000 objets et produits de consommation ne prennent pas l’avion, uniquement à Nice. Imaginez ce que pourraient récupérer les associations si tous les aéroports adoptaient la même politique de don.