Fungus Sapiens, des biomatériaux en champignon, mais pas que !

Remplacer du plastique ou encore du cuir grâce aux champignons, c’est possible avec Fungus Sapiens. Un produit qui permettra aussi de dépolluer les sols et de créer des vêtements.

Podcast

Champignons : découvrez le projet Fungus Sapiens

1 - Champignons : découvrez le projet Fungus Sapiens

02:05

Des micro-organismes pour dépolluer

2 - Des micro-organismes pour dépolluer

04:09

Fungus Sapiens : des champignons pour protéger la nature

3 - Fungus Sapiens : des champignons pour protéger la nature

08:12

S’appuyer sur des champignons, bactéries et autres algues pour sauver la planète, tel est le défi que s’est lancé Mariana Dominguez Peñalva. Des expérimentations qu’elle mène dans sa ferme-laboratoire de Mourvilles-Hautes, en Haute-Garonne.

Cette biodesigner a créé Fungus Sapiens, un projet d’écosystème agro-biotechnologique basé sur le principe d’économie sociale et solidaire.

Concrètement, chez Fungus Sapiens, elle cultive des champignons bio destinés, entre autres, à l’alimentation, mais aussi des biomatériaux entièrement compostables réalisés à base de mycélium et de molécules liées aux champignons ainsi que d’autres micro-organismes. Avec ces produits, elle souhaite proposer une alimentation durable mais aussi remplacer le plastique et le cuir animal.

Dans cet hybride entre une ferme champignonnière et un laboratoire de recherche biomimétique, elle revalorise des déchets organiques pour cultiver des champignons alimentaires. Des champignons destinés à alimenter le territoire, générer des revenus et créer des emplois pour l’économie locale.

À côté des champignons, elle utilise également la partie filamenteuse du légume, le mycélium, pour produire des « eco-biomatériaux » entièrement compostables. Une matière première naturelle qui peut remplacer le plastique et le cuir.

Et ce n’est pas fini, les sous-produits du mycélium peuvent être utilisés comme fertilisant pour les terres agricoles ou comme nourriture pour le bétail. Mariana veut aussi développer des solutions de dépollution, des substrats dépolluants appelés mycoremédiation qui visent à traiter les sols écologiquement dégradés.

La jeune femme originaire du Mexique souhaite ainsi créer de nouveaux types d’emballages compostables voire des vêtements élaborés à base de mycélium. Un modèle pensé comme une production zéro déchet.

Retrouvez plus de précisions et les différents projets de Mariana sur le site www.fungus-sapiens.com