À 16 ans, Eliot est ramasseur d’immortelle en Corse 

À Muratello, le jeune Eliot cueille les immortelles pour sa famille. Tous les ans au mois de juin, il faut ramasser cette plante pour en faire des huiles essentielles et de l’hydrolat.

Podcast

Apaiser les boutons de moustique et autres vertus de l’immortelle

1 - Apaiser les boutons de moustique et autres vertus de l’immortelle

02:11

Après la récolte, l’huile essentielle et l’hydrolat

2 - Après la récolte, l’huile essentielle et l’hydrolat

04:15

L’immortelle Corse, nouvelle espèce bientôt reconnue IGP

3 - L’immortelle Corse, nouvelle espèce bientôt reconnue IGP

04:02

Entre le mois de juin et juillet, les champs d’immortelle sont prêts au ramassage dans l’ensemble du pourtour méditerranéen. Et chaque année, c’est un spectacle unique. Les fleurs dégagent une odeur sèche d’épices, de thym et de miel. 

Avec l’aide d’Ali, ouvrier saisonnier, Eliot aide sa mère dans l’exploitation familiale, à Muratello, en Corse. Après avoir coupé, puis emmagasiné les gros bouquets, ils quittent les champs pour la distillerie. Les grands alambics sont encore imprégnés de l’odeur des années passées.

Bientôt une IGP

C’est dans ces grosses citernes que les fleurs seront chauffées. “Pour 100 kg d’immortelle, on a 250 ml d’huile essentielle, confie le jeune Eliot. « Parfois, c’est dur, mais on a de quoi être fier à la fin de la journée”, ajoute Isabelle, sa mère. 

Les champs d’immortelles et les montagnes de l’Alta Rocca. Sacha Santini/AIrZen Radio

En aromathérapie, la chromatographie est la lecture de la composition chimique de la plante. Et il se trouve qu’avec le temps et la géographie, l’immortelle (helichrysum italicum) s’est adaptée aux terroirs de l’île au point de devenir unique. Une Indication Géographique Protégée devrait bientôt voir le jour selon une exploitante corse. Une très bonne nouvelle pour les agriculteurs locaux !