Le porc noir de Bigorre : de l’extinction à l’exception

En 1981, l’espèce de cochon endémique au Sud-Ouest ne comptait que deux mâles et une trentaine de truies. Voici l’histoire des locaux qui ont lutté pour sauver cette race de l’extinction.

Podcast

Porc noir de Bigorre : la leçon à tirer de cette quasi-extinction

1 - Porc noir de Bigorre : la leçon à tirer de cette quasi-extinction

02:02

Porc noir de Bigorre : l’histoire de la renaissance de cette race

2 - Porc noir de Bigorre : l’histoire de la renaissance de cette race

03:55

Qu’est-ce que le porc noir de Bigorre a de spécial

3 - Qu’est-ce que le porc noir de Bigorre a de spécial

03:53

Patrick Escudé est éleveur de porcs noir de Bigorre dans le Gers. À 50 ans, il témoigne de l’aventure vécue par les agriculteurs locaux pour sauver cette race endémique au Sud-Ouest.

“C’est une formule qui existe depuis le début de cette aventure”, explique l’agriculteur. Il y a eu un passage pour le porc gascon d’espèce quasi marginale, au Noir de Bigorre, une AOP prisée sur les tables et les marchés d’exception, comme à la Grande Épicerie à Paris. 

Plus qu’un animal de la ferme

Comme l’explique l’éleveur, le porc gascon, historiquement, était dans les villages proche de l’homme, le plus souvent dans la cour ou le jardin, au même titre que les chiens et les chats. Et une fois dans l’année, un de ces animaux aller être sacrifié pour nourrir la famille durant tout un hiver.  

Si cette race a pu survivre, c’est grâce à plusieurs éléments. D’abord, cela est dû au dévouement d’agriculteur passionnés et dévoués à leur culture. C’est également grâce à une alimentation et un mode de vie respectueux, en plein air, que cette espèce de cochon du Sud-Ouest est passée de la quasi-extinction dans les années 1980, à une appellation d’origine protégée aujourd’hui

Pour plus d’informations, rendez-vous ici.