Designer constructeur, un nouveau métier alternatif et touche-à-tout

Ils sont à la fois designers, artistes et artisans et créent des œuvres urbaines avec une dimension sociale. Ce sont les membres d’Arti/chô, un collectif implanté à Saint-Denis, aux portes de Paris.

Podcast

La naissance de ce métier

1 - La naissance de ce métier

02:26

Les œuvres du collectif à Saint-Denis et le diplôme

2 - Les œuvres du collectif à Saint-Denis et le diplôme

03:39

Le métier de designer constructeur

3 - Le métier de designer constructeur

08:04

« Je suis designer constructrice. Cela signifie que l’on dessine et qu’on construit ce que l’on dessine. Ce métier nous forme à aménager des espaces et à dessiner du mobilier. On a voulu se rapprocher de l’artisanat et comprendre toutes les étapes de construction d’un projet », raconte la souriante Lucile.

Lucile fait partie de l’association Arti/chô. Ce collectif est implanté dans la friche culturelle du 6B à Saint-Denis, au nord de Paris, depuis trois ans. Ce métier hybride consiste à construire un projet architectural de A à Z : de la première étape du dessin à la construction du projet. « On travaille sur une variété de projets très différents. Mais nous, on a une facilité sur la construction bois parce qu’on travaille beaucoup les matériaux de réemploi. C’est un matériau qui se récupère assez facilement, contrairement au métal, par exemple. »

Des créations écologiques et sociales

Les projets du collectif ont une forte dimension écologique et sociale. « On fait beaucoup de chantiers ouverts et participatifs. Travailler le bois est un avantage, ici aussi, car c’est plus facile de transmettre nos connaissances avec cette matière », appuie Lucile.

Les membres de l’association ont, par exemple, conçu une ligne entière de mobilier d’intérieur uniquement avec des chutes d’atelier. « On peut également faire des aménagements de projets d’agriculture urbaine. On aide des structures à s’installer sur des parcelles de terrain et à définir les zones de culture ou de passage. Et on peut faire des choses à mi-chemin entre le fonctionnel et l’artistique, comme l’arche d’entrée piétonne du 6B. Cette grande arche en tasseaux et en peinture suédoise a été construite avec les habitants du quartier. »

Projet avec les enfants du centre de loisirs de Chanteloup-en-Brie (Seine-et-Marne). Photo Arti/Chô

Un diplôme à Vitry-sur-Seine

La plupart des membres du collectif Arti/Chô ont été formés au diplôme supérieur d’arts appliqués au lycée Adolphe Chérioux de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). « Dans ce diplôme, on nous apprend à être designer d’espace, avec une approche alternative. Il s’agit de réfléchir à des projets en milieu urbain, tout en prenant en compte la biodiversité qui existe dans ces endroits. C’est de l’écologie pure, en somme. »

Retrouvez le collectif Arti/cho sur Facebook et Instagram.