Mieux connaître et protéger le blaireau grâce aux actions de l’Aspas

L’Aspas, l’association pour la protection des animaux sauvages, essaye de réhabiliter le blaireau. Lors de la journée mondiale des blaireaux, la technique de déterrage a été dénoncée.

Podcast

Les actions juridiques de l’Aspas pour protéger le blaireau

1 - Les actions juridiques de l’Aspas pour protéger le blaireau

02:04

La première journée mondiale des blaireaux avec l’Aspas

2 - La première journée mondiale des blaireaux avec l’Aspas

04:03

Le blaireau, un animal méconnu et persécuté par le déterrage

3 - Le blaireau, un animal méconnu et persécuté par le déterrage

03:56

Le 15 mai dernier, l’Aspas, l’association pour la protection des animaux sauvages, a organisé avec d’autres associations, la toute première journée mondiale des blaireaux.

Le blaireau est le plus grand de la famille des mustélidés et se reconnaît facilement avec ses bandes noires et blanches sur la tête. C’est un animal peu connu du grand public et qui pâtit d’une mauvaise image. Il n’est pas classé dans les espèces nuisibles, mais se trouve dans la catégorie chassable, c’est-à-dire que c’est une espèce gibier.

Pourtant, l’Aspas se bat depuis plusieurs années pour dénoncer la technique du déterrage qui consiste à éliminer ces animaux en les sortant de leurs terriers à l’aide de chiens. Pour Richard Holding, responsable éditorial de l’Aspas, il est important de s’unir contre cette vénerie sous terre et faire connaître ces animaux méconnus.

Avec des actions juridiques, des pétitions et des événements comme la première journée mondiale des blaireaux, l’Aspas espère sensibiliser le grand public et réhabiliter cet habitant paisible de nos forêts.