Emmanuel Bianco : vivre et courir malgré la maladie

A 32 ans, Emmanuel Bianco a été diagnostiqué porteur d’une maladie auto-immune, la spondylarthrite ankylosante. Après une période difficile, il s'est relevé, jusqu'à participer à des semi-marathons.

Podcast

Emmanuel Bianco : vivre et courir malgré la maladie

1 - Emmanuel Bianco : vivre et courir malgré la maladie

02:09

Emmanuel Bianco court pour faire connaître sa maladie

2 - Emmanuel Bianco court pour faire connaître sa maladie

04:09

Aller au-delà de la maladie

3 - Aller au-delà de la maladie

08:12

Nous allons parler d’une histoire sur AirZen Radio, cette histoire c’est celle d’Emmanuel Bianco. Le récit d’une vie qu’il expose dans un livre paru aux éditions City, "La vie à grandes enjambées". Parce que son parcours n’est pas commun. Il donne de l’espoir. C’est une incroyable leçon de courage.

En 2015, à 32 ans, la vie lui sourit. En couple depuis plusieurs années avec une infirmière, il un travail qui lui plaît, est tranquillement installé dans le Var, à Hyères-les-Palmiers, au soleil. Mais des douleurs persistantes l'accompagnent en permanence dans plusieurs parties du corps. Des douleurs qui nécessitent un suivi par un kiné.

Un jour, il passe des analyses puis se rend chez un rhumatologue qui lui annonce qu’il est porteur d’une maladie auto-immune la spondylarthrite ankylosante. Une maladie caractérisée par des douleurs, une inflammation et un raidissement progressif de la colonne vertébrale, du cou et de la poitrine. Un gouffre s’ouvre sous ses pieds à l’annonce de ce diagnostic.

S'ensuit une phase de douleurs, de traitements et de dépression, jusqu'à vouloir mettre fin à ses jours en absorbant une grande quantité de médicaments. Mais au dernier moment, il renonce, rattrapé par ultime sursaut de vie. Un vrai déclic pour inverser la spirale négative.

Il décide ensuite de se remettre en mouvement, de reprendre petit à petit le sport. Il a fallu puiser dans ses ressources, trouver de la force. Lui, l’ancien athlète de haut niveau, décide alors en 2018 de participer à sa première course à pied, un 10 km. Lors de la préparation, les premières foulées sont difficiles, mais salvatrices. « Après être descendu au plus profond des méandres de la vie, je vais pouvoir grimper vers la lumière », explique-t-il.

Le sport et le traitement améliorent sa santé. Il réussit à courir ce 10 km d’un seul tenant. Et se fixe un autre objectif : terminer un semi-marathon. Il en courra même plusieurs. Aujourd'hui, Emmanuel Bianco a décidé de mettre son histoire au service d’une meilleure connaissance de cette maladie. Il a créé une association, Courir Contre la Spondylarthrite France et sorti, en novembre, le livre "La vie à grandes enjambées" (éd. City).