Cancer du sein : les Franjynes, pour affirmer son identité

Julie Herbin Meunier a imaginé des franges et des turbans pour les personnes qui perdent leurs cheveux. Avec sa marque les Franjynes, elle offre des accessoires inclusifs et pétillants.

Podcast

Les Franjynes, un accessoire de mode à part entière

1 - Les Franjynes, un accessoire de mode à part entière

02:00

Un accessoire inclusif qui revalorise des stocks dormants

2 - Un accessoire inclusif qui revalorise des stocks dormants

04:03

Retrouver confiance en soi avec les Franjynes

3 - Retrouver confiance en soi avec les Franjynes

08:01

En France, une femme sur huit est concernée par le cancer du sein. Julie Herbin Meunier est une ancienne malade et pendant ses 18 mois de traitement, elle a perdu tous ses cheveux. Ne pouvant supporter la perruque, elle a imaginé un système de frange innovant qui puisse tenir sur une tête où il n’y a plus de cheveux.

Elle a ensuite noué un turban au-dessus de cette frange et l’idée lui a beaucoup plu. Elle a ainsi décidé de créer les Franjynes, une marque qui développe des franges, des bonnets et des turbans pour des personnes atteintes de pelade, d’alopécie ou qui suivent un traitement contre le cancer.

Les Franjynes

Ces franges adoptent plusieurs couleurs et il est possible de les mixer avec des bonnets ou des turbans. Pour confectionner ses produits, Julie travaille avec des entreprises qui prônent l’insertion professionnelle. Pour son tissu, elle s’appuie aussi sur des stocks dormants de matières premières. Ses turbans et bonnets s’adaptent à la température extérieure et sont anti-UV.

Pour elle, il est important de prouver à tous et à toutes que nous pouvons être à la mode malgré nos différences. Chacun vit cette différence à sa manière et Julie espère qu’un jour cette différence deviendra une réelle force pour tout le monde. Elle rappelle que les Franjynes font référence à la sororité et elle a d’ailleurs dédié un livre aux éditions Larousse à toutes ses sœurs de combat. 

Julie Herbin Meunier et son livre “A mes soeurs de combat”
A N N O N C E