Aix-en-Provence invite à recenser les écureuils et les hérissons

Le Muséum d’histoire naturelle de la ville réalise en ce moment un atlas de la biodiversité. Il met pour cela les citoyens à contribution en les invitant à signaler la présence de ces petits mammifères.

Podcast

Qu’est-ce qu’un atlas de la biodiversité ?

1 - Qu’est-ce qu’un atlas de la biodiversité ?

01:53

Un atlas de la biodiversité, pour quoi faire ?

2 - Un atlas de la biodiversité, pour quoi faire ?

04:05

La science citoyenne au service de la biodiversité

3 - La science citoyenne au service de la biodiversité

03:59

C’est un avis de recherche un peu particulier qu’a lancé, il y a quelques mois, le Muséum d’histoire naturelle d’Aix-en-Provence. Les habitants de la ville sont appelés à recenser les écureuils et les hérissons. Une application a même été mise en place pour faciliter cette démarche. Objectif ? Aider à la réalisation d’un atlas de la biodiversité communale.

« Cette participation citoyenne est très importante », explique Chloé Duque, chargée de mission atlas de la biodiversité au Muséum. « Pour réaliser les inventaires, nous travaillons avec des associations sur les espaces publics mais nous n’avons pas accès aux espaces privés comme les jardins particuliers. Cela permet aussi d’avoir beaucoup plus d’yeux ! »

A N N O N C E

Cet atlas de la biodiversité consiste à recenser les espèces les écureuils et les hérissons présents dans la ville. Ceux-ci sont notamment ciblés car ils font face à une importante mortalité, due en particulier au trafic routier. « Le fait de savoir où ils sont présents en plus grand nombre permet, par la suite, d’envisager des projets d’aménagements urbains », précise Cécile Albert, chercheuse à l’IMBE qui intervient auprès du Museum pour ce projet. Exemple, la création d’Ecuroduc qui permettent aux écureuils de traverser en toute sécurité les routes grâce à un pont aérien.

Ces projets d’atlas de la biodiversité communale sont en plein essor. Selon l’OFB, 47 nouveaux projets ont été financés en 2022. Comme ici à Aix, le grand public est très souvent invité à participer, on appelle ça de la science citoyenne.